Accueil Culture Episode 36 : Quand la fiente d’oiseau était une mine d’or !

Episode 36 : Quand la fiente d’oiseau était une mine d’or !

0
0
242
images

La fiente fertilisante 

De 1840 à 1870, l’Europe est en pleine révolution industrielle, tout s’accélère à un rythme fou ! La machine à vapeur remplace l’homme petit à petit, les populations quittent les campagnes pour s’installer en ville trouver du travail dans les usines créant ainsi une nouvelle catégorie sociale, la classe ouvrière. Mais comment nourrir tout ce monde ?

En 1803, Alexander von Humbolt un naturaliste allemand, sorte de Nicolat Hulot du XIXe siècle réalise un voyage au Pérou et observe que la fiente des oiseaux marins appelée « guano » sert de fertilisant et ce depuis les civilisations précolombiennes.

Dès 1840 en Angleterre, des scientifiques démontrent que le guano est un meilleur engrais que le fumier (on en fait des choses avec le caca !), il n’en faut pas plus pour que des entrepreneurs anglais, français, péruviens et américains se jettent sur cette mine d’or. Pendant 30 ans ce sont 11 millions de tonnes de fiente qui seront exportées.

En 1856 les États-Unis crées le « Guano Island Act » stipulant que toute île découverte sur laquelle se trouve du guano  et n’ayant été revendiquée par aucun état lui appartient !

Au Pérou, l’esclavage est aboli en 1854, où donc trouver la main d’oeuvre servile ? Qui va accomplir la tâche ingrate et difficile de récolter dans la puanteur et la chaleur les fientes dont l’inhalation provoque des maladies respiratoires. On va faire venir des « coolies » (travailleurs agricoles chinois) et des habitants de l’île de Pâques, les Pascuans ! Ces derniers, signent d’une croix un contrat auquel ils ne comprennent pas la langue les obligeant à travailler pendant huit années. La France condamne cette pratique et le Pérou ramène les survivants  … atteints de la variole sur leur île ce qui fit passer les habitants de 3000 en 1860 à 111 en 1877, pratique pour le paiement de retraites !

Les États-Unis utilisent aussi sur l’île de la Navasse (un atoll non loin d’Haiti) des travailleurs noirs pour l’exploitation du guano qui en 1889 se révoltent contre leurs contre-maîtres blancs racistes dont cinq sont tués. La marine américaine condamne à mort trois meneurs et devant les premières mobilisation de la communauté noire américaine, leur peine est commuée en travaux forcés à perpétuité. Comme quoi la solidarité et la révolte finissent pas payer !

Toutes ressources à force d’être exploitées finissent par s’épuiser, c’est ce qui arrive au guano qui est remplacé par l’exploitation de salpêtre après 1870 jusqu’à ce que la chimie trouve en 1905 un fertilisant azoté artificiel…

Et depuis ? Les mouettes attendent toujours un dédommagement financier !

Sources :

  • Histoire et civilisations n°28 – mai 2017, « Quand l’Occident se battait pour de la fiente » de Enrique Meseguer

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Samuel L.
Charger d'autres écrits dans Culture

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Episode 33 : Echangisme de princesses !

Et on fait tourner les princesses ! De 1661 à 1710, la descendance de Louis XIV est assuré…